Les Lumières de la Ville de Chaplin

31 Août

Quoi ? Un film en noir et blanc, et muet de surcroît ? Peut-être, mais quand vous sortirez vos connaissances cinématographiques en société, vous illuminerez de votre savoir ceux qui ne jurent que par les navets du moment (on ne juge pas !).

Charles Chaplin, vous le connaissez toutes, le maître du muet, le putain de bogoss avec 4 femmes et 11 enfants, le génie. Là, tout de suite, maintenant, on va parler de son chef d’œuvre : Les Lumières de la Ville (1931). En voyant la date, vous vous dites sûrement : quoiquoiquoi? Le cinéma est encore muet à cette époque? Eh bien NON, il était même plutôt bavard, on appelait les films qui sortaient à cette époque (fin des années 20) les « talkies », terme assez péjoratif pour parler du « blabla », on parlait pour montrer que l’on savait utiliser le procédé, pas vraiment pour dire des choses intéressantes. Et ça, Chaplin, ça le rendait ouf.

Scène Culte #4 : Chaplin dans Les Lumières de la Ville les lumières de la ville charlie chaplin

Déjà, il avait peur. Sa pantomime était connue dans le monde entier et les gens l’aimaient ainsi. Pourquoi diable imposer à tous ces gens une seule voix ? une seule langue ? un seul accent ? lequel choisir ? Charlot en a pleuré des larmes de sang, mais il faudra bien qu’il s’y mette un jour. Il a du se dire « Allez, encore un ! ».
Les Lumières de la Ville, est le premier film sonore de Chaplin (c’est à dire accompagné de musique et éventuellement de bruitages, mais sans paroles). Un genre de palier de décompression avant de se mettre à parler. Il a composé lui-même toute la musique du film.

En gros : Charlot est un clodo, il tombe amoureux d’une fleuriste de rue. La belle est aveugle, malade et sans revenu, en un mot : le bon plan. MAIS une opération peut lui rendre la vue. MAIS elle coûte très cher, et Charlot est… un clodo, oui. Soucis : la nana le prend pour un beau et riche étalon et est toute excitée à l’idée qu’il lui vienne en aide. Et c’est ce qu’il va faire, sauf qu’à la fin, il lui donne le flouze, mais finit en taule. Un jour quand même, il en sort et là … Si vous ne sentez pas ne serait-ce qu’UNE larme poindre devant cette vidéo, alors c’est sans espoir :

Dans cette scène de fin, on voit Charlot plus détruit qu’il ne l’a jamais été, ses vêtements ne tiennent qu’à un fil. Deux gamins se moquent de lui et arrachent le fond de son pantalon, ils représentent le cinéma parlant, qui vient détrousser ce pauvre Chaplin.
Vous remarquerez qu’elle le reconnaît lorsqu’elle lui touche la main, mais lorsqu’elle fait le geste de la prendre, son regard s’aveugle à nouveau. Il parait que cet instant précis serait « la plus grande performance d’acteur et le moment le plus fort de l’Histoire du cinéma ». Et je suis plutôt d’accord.

Ici, il joue son propre rôle : Charlot, son personnage, connu et reconnu. La belle aveugle, c’est nous et l’idée que nous nous faisons des gens. Le film se termine sur le visage le plus expressif qui soit (qui semble être la définition par excellence du bonheur), en mode : « regardez une dernière fois, vous allez bientôt vous concentrer sur des dialogues et ne plus VOIR tout cela ».

Ce film est le déchirant adieu de Chaplin au cinéma muet. Il remettra ça avec Les Temps Modernes avant de faire (pour de vrai) son premier film parlant, Le Dictateur (dont le titre réfère, bien sûr, à la diction).

Pitch du film : Un vagabond rencontre une jeune fleuriste aveugle et tombe amoureux d’elle. Elle le prend pour un homme riche, et de peur de décevoir sa belle, Charlot deviendra boxeur, balayeur, voleur… pour réunir l’argent afin d’opérer la jeune fille.

A savoir : Chaplin et l’actrice principale (Virginia Cherrill) ne s’aimaient pas du tout. | Albert Einstein était assis à sa droite lors de la grande première du film à Los Angeles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :